Dubochet mesures les ondes électromagnétiques à domicile et en entreprise - Pierre Dubochet

Rechercher
Aller au contenu

Menu principal :

Bienvenue sur ce site d'information sans conflit d'intérêts

Pierre Dubochet | Page mise à jour le 16 novembre 2017


Orbe - la demande de construction d'une antenne relais pour

la téléphonie mobile suscite une mobilisation intense des opposants




En tant qu’expert en pollution électromagnétique

sans conflit d'intérêts,


je sais combien l’exposition chronique à l’électrosmog doit être la plus faible possible. Spécialement pour les malades et les convalescents. Simple et rapide, une expertise de votre lieu de vie ou de votre bureau permet d’évaluer à quoi vous êtes exposé, souvent sans le savoir. Vous n'imaginez pas tout ce qui est susceptible d'influencer votre biologie dans votre appartement. Mon but est de répondre scientifiquement à la question : Votre exposition aux champs électromagnétiques (CEM) dans votre appartement est-elle sans risque, avec un risque faible, un risque moyen ou un risque extrême ?

Toute mon approche est basée sur les directives de l'EUROPAEM, l’Académie européenne de médecine environnementale. Il s'agit d'un institut sans conflit d'intérêts. L'Académie a constaté que les études, les observations empiriques et les témoignages de patients indiquent clairement des interactions entre les expositions CEM et des problèmes de santé.

Les personnes souffrant d’un cancer, d’une maladie neurodégénérative, du système endocrinien, de sclérose en plaques, de sclérose latérale amyotrophique, de la maladie d’Alzheimer, de stress chronique, de diabète, d'une maladie cardiaque, de maux de tête, de la maladie de Parkinson, d’épilepsie, d’une maladie chronique, devraient limiter leur exposition aux champs électromagnétiques aux valeurs recommandées pour les personnes sensibles.

Protection des enfants

Il y a aussi toutes les mères d’enfants en  bas âge qui aimeraient recevoir enfin des réponses correctes aux questions légitimes qu’elles se posent pour leur progéniture quant aux risques dans leur maison. Elles ont raison. Les enfants qui grandissent entourés de champs magnétiques fortement significatifs les cinq premières années de leur vie ont un risque accru de 500 % de développer un type de cancer une fois adulte.

Symptômes et manifestations cliniques

Ici, vous pourrez lire quelques symptômes liés à l'exposition aux ondes électromagnétiques, ce que peut entraîner l'exposition, ici plus particulièrement chez la femme, et ici les manifestations cliniques.

L'Ordonnance sur la protection contre le rayonnement non ionisant, ORNI

Les normes en vigueur (en Suisse, l'Ordonnance sur la protection contre le rayonnement non ionisant, l'ORNI) ne protègent pas des risques de l'exposition chronique aux CEM faibles. L'OMS évoquait les dangers des rayonnements faibles en 1973, en 1981, en 1985 avant de se soumettre à l'industrie en 1991. Les valeurs ORNI ont été décidées peu avant l'an 2000, alors que nombre d'infrastructures étaient fonctionnelles. Les auteurs de l'ORNI n'ont pas voulu remettre en question ce que l'industrie avait mis en service ou exploitait. Les auteurs n'ont pas pu faire autrement que de rendre conformes les valeurs de la future Ordonnance aux valeurs mesurées sur le terrain.

Des limites élevées allaient entraîner des risques sanitaires. Des limites qui auraient protégé réellement le public allaient causer de multiples litiges en justice et allaient entraver le fonctionnement de l'économie. Les décideurs ont choisi de retenir des valeurs élevées, très élevées. Les personnes qui appliquent l'ORNI ont choisi de nier le danger. Si bien qu'en toutes circonstances, par exemple quand le plus gros opérateur de téléphonie mobile du pays reconnaît que l'électrosmog entraîne des «dommages clairs du matériel héréditaire» et qu'il y a  «des indications d’un risque accru de cancer», il peut continuer à faire du commerce en répondant: «nos équipements sont conformes à toutes les exigences légales.»

Les valeurs limite en Suisse en haute fréquence, une histoire de singes

Savez-vous comment les normes de protection ont été établies ?

L’ICNIRP -une société commerciale en Allemagne souvent présentée comme une organisation non gouvernementale- s'est basée sur l’altération du comportement de primates (non humains) soumis à l’exposition de rayonnements pour rédiger ses Recommandations. Placés dans des labyrinthes, on chronométrait le temps que mettaient les primates pour trouver des boulettes de nourriture. On faisait de même lorsque les primates étaient soumis à un rayonnement. Dans les années 1970 et au début des années 1980, des chercheurs ont établi un seuil de perturbation de leur performance comportementale à près de 4 W/kg. Un sous-multiple de cette valeur a été utilisé comme une exposition maximale admissible pour les Recommandations de l'ICNIRP en 1998, dont les auteurs de l'ORNI suisse se sont inspirés.

Première conséquence directe de cette Recommandation issue d'une observation de quelques singes, la limite légale d'exposition de votre smartphone est de 2 W/kg. Si vous sentez en sécurité, apprenez que 89 % des téléphones testés en 2015 dépassent le DAS de 2 W/kg. Un quart d’entre eux dépasse 4 W/kg. Quelques modèles atteignent 7 W/kg en condition d'utilisation normale. C'est ce que révèle le phonegate.

Deuxième conséquence de cette Recommandation : les opérateurs sont autorisés à placer des émetteurs à microondes d'une puissance de 6'000 watts (l'équivalent de 5'000 smartphones en émission) qui perturbent extrêmement l'environnement à des centaines de mètres de distance, cela 24 heures sur 24, 365 jours par an. Les opérateurs n'ont aucun scrupule à installer ce gens d'équipements à quelques dizaines de mètres d'écoles et de crèches, alors qu'ils ont pleinement conscience que les émissions peuvent causer des «dommages clairs du matériel héréditaire».

Que dit l'EUROPAEM sur le courant à extrêmement basse fréquence?

Réduire l'exposition aux champs magnétiques ELF (16,7 Hz à 2 kHz) à des niveaux aussi bas que possible ou en dessous des valeurs indicatives de précaution indiquées ci-après :

Champ magnétique

Exposition de jour ou de nuit : moyenne arithmétique de 100 nT
Exposition de la population sensible : moyenne arithmétique de 30 nT
Exposition maximale de jour ou de nuit : 1000 nT
Exposition maximale de la population sensible : 300 nT

Champ électrique

Exposition de jour : 10 V/m
Exposition de nuit  : 1 V/m
Exposition de la population sensible : 0,3 V/m

Constitue la population sensible : immunodéficients, fœtus, enfants en développement, personnes âgées, personnes sous prescriptions médicales, intolérants aux CEM, etc.

Directives d'évaluation EUROPAEM pour les postes de travail

Certaines personnes passent quatre, six ou huit heures par jour au même endroit, entourées d'appareils électriques. Nombre d'entre nous passent parfois 6 jours sur sept à l'ordinateur. Sur le plan électromagnétique lié à la santé, cette situation peut être neutre dans la durée, ou au contraire présenter des risques plus ou moins élevés à long terme. Aujourd'hui, il est assez facile d'identifier les situations à risques et de normaliser l'environnement électrique. Mes équipements d'analyse déterminent en quelques minutes si votre poste de travail est correct ou non, entre 3 Hz et 1 MHz. Cette gamme étendue permet de déceler l'électricité sale, toujours plus présente.

S'il est possible de réduire l'exposition facilement, je m'en occuperai, avec votre accord. Cela demande peut-être de déplacer un appareil ou des câbles. L'analyse produit onze diagrammes pour l'électricité et le magnétisme. L'image ci-après résume en un diagramme le résultat de manière succincte, mais compréhensible :



Le premier bureau est idéal selon EUROPAEM. Le second bureau est conforme, avec toutefois un champ un peu trop élevé au niveau des pieds (11,5 V/m au lieu de 10 V/m). La mesure au troisième bureau révèle que le champ électrique est trop élevé au niveau des mains (clavier d'un ordinateur). À long terme, il y a un risque de douleurs aux mains. Quant au quatrième bureau, une petite lampe donne un champ trop élevé au niveau de la tête et de l'épaule. Ces mesures sont complétées par une analyse complète des hautes fréquences.

Lignes de traction CFF, l'exposition chronique présente un risque

Autre exemple qui montre que les normes ORNI sont trop permissives : les lignes de traction CFF. Ci-dessous, ma mesure effectuée à douze mètres à l'horizontale du câble électrique le plus proche. Il s'agit d'une ligne à deux voies. Difficile d'habiter plus près, vous en conviendrez. Le diagramme correspond  à un temps de six minutes durant lequel deux trains de voyageurs sont passés. Difficile d'avoir plus de passage, et donc de mesurer un champ magnétique beaucoup plus élevé, n'est-ce pas ? Que voyons-nous :

Le champ magnétique minimum est de 33 nanoteslas (nT), au maximum 2107 nT et en moyenne 919 nT. Que dit l'ORNI (art. 54)? « La valeur limite de l'installation est de 1'000 nT pour la valeur efficace de la densité de flux magnétique moyennée sur 24 h

Sur cette ligne, si 480 trains circulaient par 24 heures, soit un convoi toutes les trois minutes, l'ORNI serait quand même respectée. Connaissez-vous beaucoup d'endroits en Suisse où pareil scénario est possible ?

Selon les directives de l'EUROPAEM pour l'exposition de jour ou de nuit, la moyenne arithmétique de 100 nT correspond au segment jaune en bas. L'exposition de la population sensible devrait se situer dans la moyenne arithmétique de 30 nT, mise en évidence par le segment vert à peine visible ici, au bas du graphique.


Directives d'évaluation EUROPAEM pour les zones du lit

Votre lit est-il un endroit de repos, ou un lieu de stress? Vous connaîtrez le résultat grâce à un équipement sophistiqué qui analyse la surface du lit en quelques minutes. S'il est possible de réduire l'exposition facilement, je m'en occuperai, avec votre accord. Cela demande peut-être de déplacer un appareil ou des câbles.

Les diagrammes de mesure ci-dessous résument quatre situations :

Le premier lit est idéal selon EUROPAEM. Les trois autres font prendre des risques sanitaires de plus en plus importants à son occupant. Il est à peu près certain que l'occupant du quatrième lit aurait fini avec de graves pathologies après une décennie ou plus d'expositions si rien n'avait été changé.

Je mesure, je vérifie, je conseille. Pour votre santé

C'est difficile à admettre : il revient à chacun de se protéger en limitant le plus possible sa propre exposition, qui est cumulative. Car le risque vient de la dose totale reçue au cours de la vie, dose totale qui est la somme des expositions reçues depuis la conception. Grande inconnue : la susceptibilité aux CEM est subordonnée à des paramètres génétiques peu maîtrisés. Si vous vous exposez trop aujourd'hui, vous pourriez le regretter demain. Personne ne peut cependant prédire ce qui pourrait vous arriver.

Quels sont les premiers symptômes d'une exposition excessive ? Troubles du sommeil, maux de tête, acouphènes, fatigue et troubles cognitifs (concentration, orientation, mémoire) surviennent souvent en premier. Agissez rapidement ! La réduction ou l’évitement de l’exposition aux CEM contribue à un rétablissement entier ou partiel de trois intolérants aux CEM sur quatre.

Si l'exposition continue, l'individu court le risque de développer ultérieurement une réactivité aboutissant à une intolérance à large spectre à de faibles densités de puissance. Cela signifie que la même exposition produira de plus en plus vite les symptômes, ou qu'un rayonnement de plus en plus plus faible produira les mêmes symptômes. Ou encore, que des symptômes se déclareront avec d'autres types d'ondes, précédemment sans effet. C'est le début d'une possible spirale. Les maux de tête peuvent devenir chroniques. D'autres états peuvent s'installer : fatiguabilité, irritabilité, somnolence diurne, anxiété, insomnie, perte partielle de mémoire notamment. Quand l'organisme a épuisé ses ressources, c'est l'effondrement. La porte s'ouvre aux pathologies.

Attention : si vous vous sentez mal chez vous au point de porter des habits anti ondes, le port de tels habits pourrait augmenter les effets biologiques en fonction des rayonnements. Je vous invite à faire expertiser votre appartement avant d'acheter des habits anti ondes.

Une heure ou deux passées chez vous permettent d’évaluer l’exposition au moyen de mesures instantanées, d’identifier les sources et de vous informer. Dans un peu plus de la moitié des lieux que je visite, je suis à même de réduire significativement l’exposition de l’occupant -et donc le risque- en déplaçant des objets ou en l’invitant à changer des habitudes. Je mesure toute la gamme des basses et hautes fréquences et les propriétés de vos éclairages. Je réponds à toutes vos questions. Un rapport chiffré est envoyé par courriel après quelques semaines.

«Moi, j'ai des protections anti-ondes, donc je suis tranquille».

Découvrir que certains de mes clients croyaient que la shungite ou des chips i-like les protégeait ou protégeait leurs enfants m'a motivé à rédiger un commentaire sur ces produits inefficaces.

«J'estime que quiconque installe le Wi-Fi dans une école devrait être emprisonné à vie. Je le pense vraiment». [à 6'23]
Barry Trower, physicien expert en micro-ondes, retraité des services de la Navy

S'il existait des protections valables coûtant quelques dizaines de francs la pièce, les militaires auraient été les premiers à les employer. Dans les années 1970, ils ont abandonné les bandes de fréquences dédiées maintenant au sans-fil à cause de leur nocivité.

Je mesure, je vérifie, je conseille. Pour votre santé

Ci-dessous, les mesures sur la surface d'un lit. En 60 secondes, mes appareils analysent l’étendue du lit. Champ électrique à 16 Hz 2/3, à 50 Hz, la deuxième et la troisième harmoniques ainsi que l'électricité sale, le tout en 3D, ainsi que le champ magnétique. Une série de graphes renseigne si les valeurs sont neutres (vert), faiblement significatives (orange), fortement significatives (rouge) ou extrêmement significatives (violet). Avant ma visite, l'occupante a un sommeil peu réparateur, des crispations dans le dos et peine à démarrer la journée. En suivant mes recommandations, elle dort mieux la première nuit déjà.


Vous n'êtes pas sur le lit pendant la mesure, c'est pour l'illustration.

Une part de ma clientèle se compose de personnes documentées attentives à la pollution électromagnétique. Ces gens instruits ont pris diverses décisions pour se protéger. Ô surprise : il n’est pas rare que certains choix soient défavorables.

Il y a ce bricoleur qui avait conçu un éclairage pour sa table de nuit qui l’exposait à un champ électrique élevé. Il y a ceux qui ont remplacé un éclairage rudimentaire par un autre plus technologique qui, pas de chance, crée un champ dix à cinquante fois plus puissant. Il y a ces appareils pourtant câblés qui continuent d’émettre des radiofréquences. Certains vivent sans le savoir au-dessus ou à côté de puissants appareils (transformateurs, chaufferies, moteurs), qui émettent un  rayonnement à travers les murs et le sol. Parfois, les murs rayonnent à cause d'une canalisation électrique incorrectement posée. Les parois en bois imposent des précautions particulières.
 
Je découvre aussi nombre d'équipements qui rayonnent à l’insu de leur propriétaire : imprimante, box-TV, téléviseurs, DECT, alarmes, machines à café, éclairages, et j’en passe. Depuis quelques mois, j'observe des équipements qui continuent d'émettre du Wi-Fi bien que la fonction et la LED Wi-Fi soient éteintes !

Pourquoi mesurer l'éclairage ?


J'emporte un spectromètre calibré et un scintillomètre avec moi. On sait aujourd’hui fabriquer des éclairages favorables à la santé à des prix abordables. On ne peut donc que déplorer qu’il y ait encore autant d’incertitudes et de risques sanitaires évitables avec des éclairages domestiques qui semblent anodins. En Suisse, il n’y a pas de contrôle systématique du marché. Un produit mal conçu peut se trouver sur les étals.

Le premier spectrographe ci-dessus montre la lumière du jour en été à midi. Le second spectrographe montre la lumière d'un éclairage LED.

Certains éclairages ont une part tellement excessive de bleu qu’elle en devient phototoxique. Le spectre irrégulier de certains éclairages modernes déjoue le mécanisme de contraction de la pupille qui reçoit trop de lumière. Des luminaires nuisent à la production de mélatonine, principale hormone du système de synchronisation circadien, régulateur des rythmes de température et de veille-sommeil notamment.

Les enfants, les personnes aphakes (sans cristallin) ou pseudophakes (cristallin artificiel), les patients atteints de certaines maladies oculaires et cutanées, les patients consommant des substances photosensibilisantes et les patients pour lesquels la lumière bleue peut être un facteur aggravant de leur pathologie doivent être protégés des sources émettant de la lumière bleue.

Au moindre scintillement visible ou invisible, la lumière peut devenir source d’inconfort, de baisse de performances, de fatigue, de migraine, de dysfonctionnements du contrôle du moteur oculaire, de dégradation de la performance visuelle, voire déclencher une crise d’épilepsie photosensible. La migraine est invalidante. Elle constitue un fardeau économique majeur et entraîne un risque accru d’accident vasculaire cérébral. L'influence des gradateurs sur le scintillement est à surveiller de près. Les dangers du scintillement sont les plus élevés au moment de la puberté.

Mon scintillomètre permet de mesurer les caractéristiques de scintillement d’une lampe, qui sont la fréquence, le contraste de scintillement (profondeur de la modulation) et l’index (en %). Le risque de gêne est ainsi connu et, si nécessaire, une action appropriée peut être menée.

Le patient épileptique doit absolument être équipé d’un éclairage sans scintillement.

Entendez-vous des bruits en grave fréquence, un «hum» ?

Un enregistreur haute définition capte les sons de 5 Hz à 50 kHz. Une analyse du fichier permettra de déterminer si le signal peut provenir d'ondes acoustiques ordinaires difficiles à percevoir par les
tympans ou plutôt d'une perception acoustique intermittente, continue ou pulsatile dans la tête sans stimulus acoustique.

Réduisez votre exposition aux champs électromagnétiques. Je vous invite à m'appeler au 835 5002 avec l'indicatif 032. Vous pouvez aussi m'écrire maintenant sans engagement.

Regardez-moi dans le magazine de la RTSR Être connecté peut nuire à la santé de mai 2017. Écoutez moi sur Radio Alto Tic étique ou à la radio romande dans Vacarme.


Je mesure :

Équipement électrodomestique | Antennes-relais | Lignes de traction CFF | Lignes haute tension | Émetteur radio / TV | Radio-amateur | Boxes-TV | Wi-Fi | Smartphone | Tablette | Téléphone sans fil DECT | Ordinateur | Alarme | Radars | Chargeurs de batteries et alimentations | Lampes fluocompactes, halogènes | Éclairage LED  | Cuisinière à induction | Four à micro-ondes | Onduleur | Câblage | Compteur avec radioémetteur (électricité, gaz, eau) | Couverture chauffante | Lit électrique | Chauffage | Veille-bébé | Oreillette Bluetooth | Émetteur radio numérique DAB+ | Émetteur TV numérique | NAS | Etc.

  • Si vous pensez que ces informations peuvent être utiles à ceux que vous appréciez, vous leur rendrez service en leur transmettez le lien vers cette page. Merci pour eux. Sentez-vous libre de partager le lien de cette page sur les réseaux sociaux si vous le souhaitez.


[1] Oberfeld G. Prüfkatalog des Fachbereiches Umweltmedizin für das Vorhaben 380kV Freileitung von St. Peter a. H. zum Ums-pannwerk Salzach Neu Salzburgleitung) der Verbund-Austrian Power Grid AG. [Internet] Salzburg (AT): Land Salzburg, 2006 Feb 27. Available at : https://www.salzburg.gv.at/gesundheit_/Documents/Umweltmedizin-Sbg.pdf.

chercheur en microscopie jacques dubochet, université de lausanne, prix nobel de chimie
 
Tous les textes et illustrations sont sous droit d'auteur
Copyright 2015. All rights reserved.
Retourner au contenu | Retourner au menu