2006, l'OMS ment à propos des émetteurs - Pierre Dubochet

Rechercher
Aller au contenu

Menu principal :

2006, l'OMS ment à propos des émetteurs

Dossiers > OMS

Pierre Dubochet | 29 mai 2013


L'OMS ment à propos des émetteurs et fait un amalgamme trompeur entre émetteur radio et émetteur de téléphonie


Concernant les émetteurs radio et de téléphonie mobile

En mai 2006, l'OMS publie son aide-mémoire n° 304. Plus de 1.4 million d'antennes relais sont en service sur la planète, et leur nombre augmente constamment. Cet aide-mémoire passe en revue les données scientifiques sur les effets sanitaires d'une exposition continue de faible niveau aux stations de base et autres réseaux sans fil.

L'OMS prétend : «Les stations de diffusion de la radio et de la télévision fonctionnent depuis au moins cinquante ans sans qu'on ait constaté d'effets indésirables sur la santé. Les études sur l'homme et l'animal examinant les ondes cérébrales, la cognition et les comportements après exposition à des champs RF tels que ceux produits par les téléphones mobiles, n'ont pas établi d'effets indésirables.

Dans le cadre de ces études, les niveaux d'exposition aux RF étaient environ mille fois plus élevés que ceux auxquels le grand public est exposé habituellement avec les stations de base et les réseaux sans fil. On n'a signalé aucune indication régulière de troubles du sommeil ou des fonctions cardiovasculaires
».

Le cas de l'émetteur suisse de Schwarzenbourg -de nombreux autres existent- démontre que l'OMS n'a aucun scrupule à mentir et à désinformer le public.

L'OMS faillit à l’article 1 de sa Constitution, qui est «d’amener tous les peuples au niveau de santé le plus élevé possible», ainsi qu’à son article 2 lettre m : «favoriser toutes activités dans le domaine de l’hygiène mentale, notamment celles se rapportant à l’établissement de relations harmonieuses entre les hommes» et lettre u : «développer, établir et encourager l’adoption de normes internationales en ce qui concerne les aliments, les produits biologiques, pharmaceutiques et similaires».

Après avoir soigneusement étudié les dérives de l'OMS (1
, 2, 3, 4 etc. parmi des dizaines de fraudes de natures diverses), quel crédit peut-on raisonnablement donner à ses recommandations sur les CEM ?

Haut de page

Nier les atteintes à la santé provoquées par les émetteurs de radio et de télévision, faire croire que l'incidence biologique de ceux-ci est comparable à celle des émetteurs de téléphonie, sont deux actes de tromperie.

Avec cette communication, l'OMS ne remplit pas les devoirs minimums exigibles pour l’accomplissement de ses objectifs en matière de nocivité des champs électromagnétiques.


L'objectif de l'OMS d'amener la santé aux peuples demande une neutralité absolue et une rigueur inébranlable. Elle n'a pas les aptitudes pour cet objectif
.

 
Tous les textes et illustrations sont sous droit d'auteur
Copyright 2015. All rights reserved.
Retourner au contenu | Retourner au menu