Compteurs communicants - Pierre Dubochet

Rechercher
Aller au contenu

Menu principal :

Compteurs communicants

Dossiers

Pierre Dubochet | 23 mars 2017

Mise à jour le 27 septembre 2017


Compteurs communicants : les fabricants donnent volontairement des informations lacunaires pour minimiser le risque

En introduction, un rappel sémantique. Les compteurs sont présentés comme «intelligents». L'intelligence se définit comme l'aptitude d’un être vivant à s’adapter à une situation nouvelle, à comprendre et à résoudre certaines difficultés, à donner un sens aux choses qui l’entourent, à agir avec discernement.

Un compteur n'étant pas un être vivant, n'étant pas apte à comprendre, la locution «compteur intelligent» fait partie des non-sens que le marketing sait si bien inventer pour rendre attrayant quelque chose qui ne l'est pas.

Quand on a bien étudié le dossier, on ne peut que constater qu'il y a un «bon côté» du compteur et un «mauvais côté». L'usager se trouve du «mauvais côté». Jusqu'à présent, dans les documents qu'il m'a été donné de connaître, je n'ai objectivement pas constaté d'avantage qui justifie véritablement le passage d'un ancien compteur vers un compteur numérique. Les économies d'énergie observées dans les études étant temporaires (environ 6 mois).

Je souhaiterais avoir le temps de mettre quelques informations essentielles en ligne, mais le temps me manque. La technologie des compteurs communicants met en oeuvre des systèmes très complexes et les interactions ne sont pas simples à vulgariser.

Une certitude : le réseau communicant va faire entrer toutes les personnes qui ont un compteur compatible dans une dépendance et une soumission aux décisions des industriels que je juge assez sérieuse. En raison de la complexité technologique, il devient très difficile de prouver et d'engager la responsabilité du fournisseur dans un certain nombre de situations qui ne vont pas manquer de se produire.

Cela concerne l'émission de signaux radiofréquence qui perturbent la biologie et qui sont potentiellement pathogènes à terme. Cela concerne une dégradation de la qualité du courant sinusoïdal à 50 Hz qui est chargé en électricité sale susceptible de faire claquer des composants électroniques chez le client. Cela concerne des interruptions de fourniture électrique sans raison justifiable. À moyen terme, cela va concerner des immixtions sur des équipements qui appartiennent au client.

Je note également un mensonge presque systématique sur la transmission des données. Les exploitants prétendent que les ondes sont envoyées de temps en temps pour des relevés. Des mesures que j'ai effectuées montrent que des compteurs émettent des signaux dans la gamme des micro-ondes plusieurs fois par minute. À long terme, dormir à côté de ces appareils présente un risque certain.

Haut de page

 
Tous les textes et illustrations sont sous droit d'auteur
Copyright 2015. All rights reserved.
Retourner au contenu | Retourner au menu