Protection anti-ondes i-like - Pierre Dubochet

Rechercher
Aller au contenu

Menu principal :

Protection anti-ondes i-like

Dossiers > Protection anti ondes

Pierre Dubochet | 19 mai 2017

Mis à jour le 17 octobre 2017


i-like protège-t-il des champs électromagnétiques (CEM)?



Depuis quelques mois, les vendeurs des produits i-like font beaucoup parler d’eux en Suisse romande, sur les salons de bien-être et dans des lieux où des conférences sont habituellement données.

Information du 17 octobre 2017 : Depuis quelques semaines, la société I-like Metaphysik GmbH fait courir le bruit qu'elle a mandaté un avocat qui aurait engagé une action en justice contre moi. Dans l'hypothèse où une action serait engagée contre moi, les raisons invoquées, de fait ou de droit, apparaîtront sur cette page. Page qui je le rappelle, expose des informations factuelles.

Examen du site i-like, propriété du Dr Alfred Gruber.

À grand renfort de photos vendues à prix cassés sur des banques d’images, ce site tente de donner une approche jeune et moderne, tout en répandant des textes qui mélangent vantardises commerciales (beaucoup) et informations scientifiques (peu). Le but: entre autres produits, vendre des articles censés protéger des rayonnements électromagnétiques.

Dans le lien réservé aux produits biorésonants, le fabricant vante ses «méta convertisseurs» comme étant des produits programmés par des fréquences pour neutraliser les ondes nuisibles potentielles.

Si j'ôte l'emphase du texte de présentation, il reste un message plus terre à terre: le fabricant dit programmer par radiofréquences des patches contenant de la magnétite et des minéraux incorporés dans un élément programmable afin que ces patches neutralisent les fréquences des rayonnements électromagnétiques dans lesquels ils seront placés.

Qu’est-ce que la biorésonance ? Elle profite d’une brèche ouverte dans la physique classique par un ensemble de théories regroupées dans ce qu’on appelle la physique quantique. La biorésonance est un concept aux contours flous, qui dit rectifier les distorsions oscillatoires de nos cellules à l’origine des pathologies fonctionnelles, au moyen de très faibles signaux électriques.

Un éventuel effet favorable en biorésonance implique:
  1. un diagnostique préalable
  2. la supervision d'un professionnel
  3. l'usage d'un générateur de signal actif
  4. le contrôle précis de l'intensité du signal (ou des signaux)
  5. le contrôle précis de la fréquence du signal (ou des fréquences)
  6. de relier physiquement le corps du sujet au générateur de signal au moyen de deux câbles électriques au moins

Sont donc exclus d'éventuels effets favorables en biorésonance:
  1. les appareils passifs tels que patches, colliers et objets similaires
  2. les appareils actifs non reliés physiquement au corps

Dans un bulletin de 2006, la Commission de spécialité de la Société suisse d’allergologie et d’immunologie a pris position sur la biorésonance: «il n’existe de valeur diagnostique ni d’effet thérapeutique qui soit significativement démontré».

Je pourrais m'arrêter là, ce serait superficiel. Entrons dans le vif du sujet.

Je lis la brochure i-like de 92 pages, dont le PDF a été enregistré le 22 août 2016. En page 4, il est dit que les produits de protection contre les CEM i-like ont été développés en partenariat avec le Transfer institut pour la santé et le développement de l’université Steinbeis à Berlin, et par le Campus santé suisse de l’université St-Elisabeth.

Je n’ai pas trouvé de document relatif aux produits en question sur le site de l’université Steinbeis à Berlin.

Une visite de la page contact du campus santé suisse de l’université St-Elisabeth m'apprend que le propriétaire du site est entre autres… le Dr Alfred Gruber, avec l’adresse d’un immeuble à Luzernerstrasse 69, CH 6030 Ebikon.

Le Gesundheits-Campus S.E. DACH sis à cette adresse est une société à responsabilité inscrite au registre du commerce fin 2015 par quelques docteurs, avec un capital de CHF 21'000.-

Les «preuves» et mesures qui portent le logo Gesundheits sont produites par le fabricant. Voilà qui réduit largement la crédibilité de leur contenu.

Il existe bien un Collège de la santé et du travail social Elizabeth à Bratislava. Je n’y ai trouvé aucune trace relative à des tests des produits en question. Je me demande ce qui pousserait des scientifiques suisses à faire tester leurs produits à mille kilomètres en Slovaquie, alors que nous avons de très bons instituts de mesure ici?

Mes recherches sur internet me font découvrir que le Dr Alfred Gruber figure comme contact (en bas de page, à droite) du site i-health-verlag.ch qui édite un magazine de santé.

Je vois que le Dr Alfred Gruber se consacre également à l’écriture de livres.

J'apprends que le Dr Alfred Gruber est également propriétaire du site swissvitalworld.com qui commercialise des produits amaigrissants. Le site est basé au GBR-Zentrum, Gewerbestr. 4 à 9445 Rebstein. C'est là que se situe le laboratoire pharmaceutique Vitona Gruber & Co, dont l’actionnaire principal est Alfred Gruber. S'y trouvent aussi les bureaux de sa société i-like.

En quelques instants, j'ai une vision assez précise de l’activité professionnelle du Dr Alfred Gruber. Cet homme n'est nullement spécialiste du rayonnement électromagnétique! C'est avant tout un habile commerçant. Le fait qu'il multiplie ses patches en E-Chip, Room-Converter (2000 € aujourd'hui!), I-Chip, LED-Converter, IR-Converter, Car E-smog Converter, Photovoltaik-Converter, et de nombreux autres, en est la parfaite illustration.

Je continue la lecture de la brochure i-like. En page 8, le Dr Alfred Gruber déclare que dans les années 1980, la fréquence de l’électricité était de 50 vibrations par seconde et qu’aujourd’hui elle est de 2.5 milliards de vibrations.

Cette affirmation est fausse. Les appareils capables d’émettre des CEM à 2.5 GHz, tels que les fours à micro-ondes, existaient dans les années 1980. On savait émettre ce type d'ondes déjà dans les années 1930. Le Dr Alfred Gruber espère faire peur en évoquant l’accroissement de la fréquence d’horloge de nos appareils. Cette donnée n’est pas un danger en soi. Votre corps émet en ce moment des radiations infrarouges à des vibrations 160 000 fois plus élevées que celles des fours à micro-ondes. Et vous allez bien, n'est-ce pas?

En page 10 de la brochure, le fabricant bascule dans le délire en acceptant de publier que «c’est une vraie bénédiction que de nombreuses, nouvelles et fortes fréquences soient aujourd’hui sur notre planète». Parler de bénédiction à propos de ce que les chercheurs indépendants de l'industrie appellent pollution, une pollution qui envahit peu à peu chaque espace de notre planète, ne peut que relever du trouble mental.

Sur la page 11, le Dr Gruber prétend expliquer sa technologie. Je vous renvoie à cette page pour mon commentaire. En tout état de cause, ses dessins sont trompeurs. L’onde venant d’une antenne d’un téléphone portable n’est pas un fil de quelques centimètres qui ondule doucement. Ce sont deux oscillations (électrique et magnétique) qui se propagent et s’interpénètrent, qui remplissent tout l’espace, parfois à 360°, qui décroissent avec la distance, qui sont hachées, et qui oscillent des milliards de fois par seconde.

  • En chaque point de l’espace à un moment donné, ces champs ont une valeur différente!

En pages 22 et 23, le Dr Gruber écrit dans le titre qu'une étude en double aveugle prouve l'efficacité du E-Chip. Au bas de la page, le texte indique que l’E-Chip «augmente l'amélioration de la santé»(!) L’usage veut que les références des études soient mentionnées. Tel n’est pas le cas ici. En outre, une seule étude ne constitue jamais une preuve.

Je lis attentivement ce texte. L'information est fournie «sur la base des données du fabricant». Le texte annonce «une étude plus approfondie sur les chips i-like semble prometteuse». Il n'y a rien de factuel dans ce paragraphe. Un scientifique sérieux ne s'exprime jamais comme cela à propos d'une étude.

Ai-je bien lu le nom du directeur de l'étude? Le Prof. C. Muss. Ce nom me rappelle quelque chose... Je retourne sur la page contact du campus santé suisse de l’université St-Elisabeth. Surprise : je lis le nom du Prof. Dr Clauss Muss, copropriétaire du site. On n'est jamais mieux servi que par soi-même!

J'ai contacté le Prof. C. Muss sur la direction de cette étude, pour obtenir le document. Son secrétariat a répondu: «Nous souhaitons vous informer que le Prof Muss n'a pas participé à l'étude en question en tant que directeur d'étude et, par conséquent, il ne peut vous fournir d'autres informations». Cette affirmation est donc fausse. Ce n'est pas tout. Mon interlocuteur confirme mes perceptions: «Ni l'Université Saint-Elisabeth à Bratislava ni la Société internationale pour la médecine préventive appliquée I-GAP n'étaient impliquées». Ces affirmations-là aussi sont fausses.

Le titre de la page 24 prétend que les produits i-like ont été certifiés par Masaru Emoto du Japon. La page reproduit en qualité médiocre un document, ici l'original, qui émane du laboratoire autrichien Hado Life, daté du 10 décembre 2015. Nullement docteur, Masaru Emoto a reçu en 1992 le titre non officiel de docteur en médecine alternative de l'Open International University for Alternative Medicine aux Indes. Il décède le 17 octobre 2014, après une longue maladie. Dans ce contexte, je doute que Masaru Emoto ait vu les produits i-like.

L'auteur des analyses et du certificat est Rasmus Gaupp-Berghausen. C'est aussi lui qui a aussi enregistré ce fichier informatique. Il dit faire reposer son certificat sur les conclusions de Masaru Emoto à propos de structures dans l'eau gelée. On est loin d'une certification des produits par Emoto!

À ma connaissance, le phénomène que Masaru Emoto a commercialisé en deux millions de livres et en cartes n’a guère été reproduit. Pour cause : ses recherches n’ont jamais été publiées dans une revue référencée avec comité de lecture. Pour la simple raison qu'Emoto n’a jamais prétendu qu’elles étaient scientifiques... Ses ouvrages ne sont pas de la science: ils montrent de l’art en images. Encore un élément d'i-like qui s’écroule.

Dr Alfred Gruber, il est faux de prétendre «revitaliser l’électrosmog» (page 25).

Dr Alfred Gruber, il est faux de prétendre que vos E-Chip peuvent «renvoyer un champ magnétique 6 à 8 fois plus dense» (page 29).

Dr Alfred Gruber, il est faux de prétendre que la magnétite et les minéraux se programment par technologie de radiothérapie pour lui transmettre des fréquences revitalisantes.

Je pense inutile de poursuivre cet examen des produits i-like.

Dans le corps humain, il se passe des milliards de milliards de milliards de milliards d‘opérations chaque seconde. Les rayonnements des équipements sans fil d'une infinie complexité sont susceptibles de perturber plus ou moins la communication entre nos 100'000'000'000'000 de cellules, de manière totalement aléatoire, à chaque instant. Pour éviter cette possible perturbation, les seules choses à faire sont de réduire le champ, soit en agissant sur la source, soit par des matériaux qui font écran aux ondes, comme des tissus ou des peintures.

Tenter de comprendre les effets des CEM sur le vivant est une tâche extrêmement complexe dans un monde en évolution constante. Cela demande des connaissances pointues dans des métiers très différents, au moins pour allier physique des ondes et biologie.

N’importe qui peut s'inscrire pour devenir vendeur dans le réseau i-like. Quand on espère se protéger, un des dangers est là. Savoir que la vente de produits i-like «ne requiert quasiment aucun capital de départ, rien d’autre que d’apprendre à connaitre les produits i-like et quelques prospectus» devrait, en plus des explications ci-dessus, faire fuir les acheteurs potentiels!

Avis et recommandation

Aucun article avec relecture par des pairs n'a été publié dans une grande revue en faveur d'un effet de protection contre l'exposition aux champs électromagnétiques qu'auraient les produits i-like.

Une véritable protection contre les effets des champs électromagnétiques demande rigueur et science. Le mieux est de réduire son exposition par une stratégie d'évitement autant que possible.

Indications inexactes ou fallacieuses sur les marchandises

En Suisse, la vente de marchandises ou de services et astreinte à la Loi sur la concurrence déloyale (LCD). «Agit de façon déloyale celui qui, notamment, donne des indications inexactes ou fallacieuses sur ses marchandises, ses oeuvres, ses prestations» (LCD art. 3, ch. 1, lettre b 1).

Vous avez acheté des produits i-like? Vous souhaitez déposer plainte contre les pratiques commerciales déloyales de la société i-like Metaphysik GmbH, GBR-Zentrum, CH-9445 Rebstein (ici, l'inscription au registre du commerce) qui se rend coupable de publicité mensongère ? Remplissez le formulaire en ligne du SECO. Cela ne vous prendra que quelques minutes. Le dépôt de plainte est gratuit. C'est la façon la plus simple pour faire cesser ses pratiques. Le SECO attaquera la société i-like Metaphysik GmbH lorsqu'il sera en possession d'un nombre suffisant de plaintes.

Si vous pensez que ces informations peuvent être utiles à ceux que vous appréciez, vous leur rendrez service en leur transmettez le lien vers cette page.

Je pense avoir fait ma part. À vous de jouer !

«Mon ami a été contacté par une représentante i-like. Elle voulait absolument me faire participer à une conférence. Elle disait détenir la solution miracle à tous mes ennuis de santé. Elle a appelé plusieurs fois pour avoir l'assurance que j'assisterai à sa conférence. J'ai trouvé son insistance suspecte et comme je ne me sentais pas bien, j'ai préféré ne pas y aller. Depuis, mon ami reçoit très régulièrement des emails. Je trouve que la teneur des emails de cette représentante i-like dessert la cause des électro-hypersensibles.» KS

«J'ai entendu des personnes EHS témoigner d'une amélioration avec tel ou tel dispositif puis quelques semaines plus tard, revenir sur leurs paroles ou simplement abandonner le dispositif. Il est fort probable que le seul effet présumé soit placebo.» BS

 

«On m'a proposé des produits i-like. J'ai demandé à tester. La représentante m'a prêté trois rondelles noires à porter sur moi durant une semaine. Je n'ai pas constaté de différence. La représentante i-like m'a dit que c'était peut-être parce que je n'y croyais pas assez et peut-être aussi parce que je n'avais pas essayé depuis assez longtemps. Je trouve que la représentante n'était pas très formée sur la problématique HES.» MG
 

«J'ai été démarché de manière insistante par les vendeurs i-like. Je suis très ouvert d'esprit, mais franchement, un appareil qui change les ondes négatives en ondes positives est un beau charlatanisme qui remplit les bourses des vendeurs sur le dos de personnes qui ne vont pas bien.» V

«J'ai testé ce genre d'artifice, de façon courte ou longue, à plusieurs reprises. Sans aucun effet bénéfique ou protecteur. C'est la triste réalité.» SB

 
Tous les textes et illustrations sont sous droit d'auteur
Copyright 2015. All rights reserved.
Retourner au contenu | Retourner au menu