La réduction de l’exposition aux ondes constitue une priorité pour le malade - Pierre Dubochet

Rechercher
Aller au contenu

Menu principal :

La réduction de l’exposition aux ondes constitue une priorité pour le malade

Malades

Pierre Dubochet | 18 octobre 2017
Mis à jour le 31 octobre 2017



Le malade exposé à des champs électromagnétiques

chroniques est touché par un stress environnemental


La réduction de l’exposition aux champs électromagnétiques constitue une priorité pour le malade souffrant d’un cancer, d’une maladie neurodégénérative, du système endocrinien, de sclérose en plaques, de sclérose latérale amyotrophique, de la maladie d’Alzheimer, de stress chronique, de diabète, d'une maladie cardiaque, de maux de tête, de la maladie de Parkinson, d’une maladie chronique.

D'une façon générale, le malade devrait faire mesurer son exposition électrodomestique. Une fois connue précisément, cette exposition peut souvent être réduite significativement par des gestes simples, ce qui est particulièrement recommandé en convalescence. Je me base sur les valeurs recommandées par l’Académie européenne de médecine environnementale, l’EUROPAEM. Elles ne sont ni juridiquement contraignantes ni des motifs pour justifier ou exonérer une responsabilité.

Le rapport dose en corrélation avec la notion de temps sont déterminants, associés à l’historique individuel de toutes les expositions à ces champs.

Le malade est exposé à divers rayonnements provenant de l'extérieur. Il est aussi exposé aux rayonnements de ses appareils électrodomestiques, qui peuvent atteindre des valeurs extrêmement significatives. Le tout se cumule et peut avoir une incidence négative sur sa santé. Il existe toutefois de grandes probabilités que l’exposition du malade à ses appareils puisse être considérablement réduite assez facilement. C’est mon activité : réduire l'exposition afin d’approcher les recommandations de l’EUROPAEM.

Valeurs d'exposition recommandées par l'EUROPAEM

Pour les malades, le champ magnétique basse fréquence maximum ne devrait ni dépasser 300 nT, ni dépasser la moyenne arithmétique de 30 nT. Un malade devrait également éviter tous les champs électriques supérieurs à 0,3 V/m, selon le principe de précaution. Cette dernière valeur ne s’obtient qu’au prix d’aménagements minutieux avec l’équipement électrodomestique.

Dans ses lignes directrices 2016, l'EUROPAEM recommande à tous de prévenir l'exposition et de la réduire à des valeurs aussi faibles que possible.

Dans les lieux que je visite, les personnes sont couramment exposées à des champs compris entre 50 et 100 V/m sur leur siège relax ou à leur bureau privé. Sur le lit —endroit déterminant considéré sur le long terme—, il m’arrive de mesurer plus de 200 V/m au niveau de l'oreiller. Assurément pathogènes à long terme, ces champs extrêmement significatifs en provenance de leurs équipements électrodomestiques ont pu être fortement réduits grâce à mes corrections.

Pour le champ magnétique basse fréquence, la moyenne arithmétique de 30 nT a été atteinte à une distance de 102 mètres d'une double ligne de train (ci-contre, résultat d'une mesure de 168 heures; le chiffre varie selon le trafic de chaque ligne). Cela signifie que la limite d'exposition au champ magnétique est épuisée par la seule présence de la double ligne de train. Toute exposition supplémentaire, par exemple due aux équipements électrodomestiques, crée un stress environnemental. Elle devrait donc être évitée.

Mon approche

Associée aux techniques d’exploration médicales, la prévention active et naturelle aide l’organisme à maintenir ses capacités de défenses efficaces, et réduit les affections de longue durée. Mes conseils scientifiques pratiques et souvent faciles à appliquer réduisent significativement l’exposition aux champs électromagnétiques trois fois sur quatre.

Mon intervention dure en moyenne de 1 h 1/2 à 2 h 1/2 et délivre une mesure instantanée. Une mesure de champ magnétique sur plusieurs jours est faisable. Déplacer quelques objets, changer des habitudes peut réduire considérablement l’exposition.

Dans la marge, la mesure de champs électromagnétiques sur un lit. En 60 secondes, mes appareils analysent la surface complète du lit. Champ électrique à 16 Hz 2/3 (ligne de traction CFF), à 50 Hz (haute tension incluse), deuxième et troisième harmoniques, courant sale. Tout en 3D, avec le champ magnétique. Une série de graphes renseigne si les valeurs sont neutres (vert), faiblement significatives (orange), fortement significatives (rouge) ou extrêmement significatives (violet). Comme le montre l’illustration, l’occupant de ce lit est exposé à des champs 50 Hz fortement significatifs à gauche et au centre de la tête de lit, un peu moins au niveau du bassin et des pieds. Il existe un courant sale neutre à droite de la tête de lit (réveil). Champ magnétique basse fréquence non significatif (double ligne de traction CFF à 360 m et 60 m en contrebas).

Résultat après mes corrections :

Remarque : vous n'êtes pas sur le lit pendant la mesure, c'est pour bien comprendre l'illustration.

À présent, toutes les valeurs sont beaucoup plus basses et deviennent conformes aux valeurs recommandées par l'Académie européenne de médecine environnementale. L'exposition est devenue non significative.

Protection des enfants

Les enfants qui grandissent entourés de champs magnétiques fortement significatifs les cinq premières années de leur vie ont un risque accru de 500 % de développer un type de cancer une fois adulte.




Haut de page

 
Tous les textes et illustrations sont sous droit d'auteur
Copyright 2015. All rights reserved.
Retourner au contenu | Retourner au menu