Processus liés à l'exposition aux rayonnements non ionisants – 2 - Pierre Dubochet

Rechercher
Aller au contenu

Menu principal :

Processus liés à l'exposition aux rayonnements non ionisants – 2

Dossiers > Rayons non ionisants

Pierre Dubochet | 19 juin 2014


Processus biologiques consécutifs à
l'exposition aux ondes électromagnétiques

Synthèse de «Do you have microware / EMR sickness ?» (Êtes-vous atteint par le syndrome des micro-ondes?) de Paul Raymond Doyon

Suite :

Stress, irritabilité :
Il a été démontré que l'irradiation aux micro-ondes déclenche un stress causant une excrétion en quantité anormalement élevée de cortisol et d'adrénaline. Cet excédent peut mener à l'irritabilité et à l'hyperactivité. L’hyperactivité est de plus en plus commun chez les enfants, avec le trouble de l’attention. Quand cet état perdure sur une longue période chez l’enfant, il peut conduire à un dérèglement adrénalique.

Inquiétude, dépression, suicide :
Il a été démontré que l'irradiation aux micro-ondes diminue la sérotonine. L'inquiétude et à la dépression ont été liés à un faible niveau de sérotonine. Une augmentation de l'inquiétude et de la dépression pourrait être en lien avec l’augmentation du nombre de suicides.

Mauvaise régulation de la température du corps, vigilance, sommeil, apprentissage, mémoire :
Il a été démontré que l'irradiation aux micro-ondes induit une diminution des niveaux de la production de la norépinéphrine. Cette hormone sert
à commander le système nerveux autonome. Entre autre actions, celui-ci sert à la régulation de la température. La norépinéphrine joue aussi un rôle dans l'excitation, l'orientation de nouveaux stimuli, l'attention sélective, la vigilance, les émotions, le réveil et le sommeil, le rêve, les cauchemars, l'apprentissage et le renforcement de certains circuits de la mémoire. Un manque important de norépinéphrine a été relié aux perturbations de la mémoire à court terme et à la dépression.

Sommeil, cancer du sein :
Il a été démontré que l’irradiations aux micro-ondes amoindrit la production de mélatonine. Cette hormone antioxydante du cerveau est fondamentale pour un bon sommeil. D’autre part, une baisse des niveaux de mélatonine a été reliée aux augmentations du cancer du sein.

Dépression, maladie de Parkinson :
Il a été démontré que l'irradiation aux micro-ondes amoindrit la production de dopamine. Une insuffisance de cette hormone peut déclencher la dépression. La maladie de Parkinson est caractérisée par un affaiblissement des quantités de dopamine dans le cerveau.

Désordres neurologiques et neuromusculaires, maladie d'Alzheimer :
Il a été démontré que l'irradiation aux micro-ondes réduit le niveaux de l'acétylcholine, neurotransmetteur important à la fois dans le système nerveux central, où elle est impliquée dans la mémoire et l'apprentissage, que dans le système nerveux autonome, notamment dans l'activité musculaire et les fonctions végétatives. Une baisse de l'acétylcholine a été liée à divers désordres neurologiques et neuromusculaires comprenant la maladie d'Alzheimer.

Jambes sans repos :
Il a été démontré que l'irradiation à certaines fréquences électromagnétiques induisent des perturbations telles que l’agitation, ce qui permet de les relier très probablement comme étant responsables ou co-responsables d'un syndrome appelé le syndrome des jambes sans repos.

Autisme, syndrome de fatigue chronique :
Des irradiations électromagnétiques telles que celles émises par les téléphones cellulaires sont reconnues pour affecter la circulation sanguine dans la région cérébrale. Des  balayages au SPECT –TEMP (tomographie d'émission monophotonique) ont démontré une circulation sanguine largement diminuée au cerveau dans les cas de l'autisme et le syndrome de fatigue chronique.


Allergies :
Il a été démontré que l'irradiation à certaines fréquences électromagnétiques multiplie le nombre de mastocytes dans le corps et augmente les allergies. L'exposition aux micro-ondes stimule les mastocytes à  produire plus d'histamine. Un excès d'histamine dérègle divers processus physiologiques, dont la régulation de la microcirculation et la modulation des réactions inflammatoires et immunologiques.

Il a été démontré que l'irradiation aux micro-ondes est un facteur d'augmentation des anticorps d'immunoglobuline dans le corps. Ils sont le centre du déclenchement d'une réaction allergique à une substance ou à une protéine caractéristique.

Suite et fin



Prenez connaissance d'une liste plus complète d'effets.


Les ondes :
protégez-vous, parlez-en.


Haut de page

 
Tous les textes et illustrations sont sous droit d'auteur
Copyright 2015. All rights reserved.
Retourner au contenu | Retourner au menu