Shungite, miracle ou mirage ? - Pierre Dubochet

Rechercher
Aller au contenu

Menu principal :

Shungite, miracle ou mirage ?

Dossiers > Protection anti ondes

Pierre Dubochet | 21 mars 2016

Mis à jour le 23 mai 2017

La shungite, protection contre le rayonnement électromagnétique: miracle ou mirage?

 
On trouve facilement sur internet des sites qui vantent les propriétés protectrices de bracelets, pendentifs, pastilles à coller et autres blocs taillés de différentes tailles et formes en shungite en ce genre de termes : «ils forment un puissant bouclier contre les ondes électromagnétiques» ou «neutralisent toutes sortes de rayonnements électromagnétiques» ou «assainissent l’environnement» et d’autres allégations de même ordre.
 
Ces textes présentent généralement la shungite comme provenant de Russie, de la mine de Zazhoginsky en Carélie, le seul endroit sur la planète où elle serait extraite. Il est parfois sous-entendu qu’elle proviendrait d’une très ancienne météorite. On lit aussi que la shungite de Carélie contiendrait des fullerènes aux propriétés exceptionnelles, qui auraient une «capacité certaine à protéger le vivant».

Un fullerène est une forme sphéroïde creuse cristalline du carbone, qui existe aussi en forme d’anneau, de tube ou d’ellipsoïde.
 
Il est dit aussi que l’eau de shungite, autrement dit de l’eau dans laquelle des gravillons de shungite ont trempé durant quelques jours, possèderait des propriétés curatives et d’absorption d’impuretés du système bioénergétique humain et autres vertus similaires.
 
Mon analyse

Qu’est-ce que la shungite ? C’est un carbone non cristallin, un corps simple très abondant dans la nature. Elle n’est pas reconnue par l’Association internationale de minéralogie en tant qu’espèce à part entière.
 
La shungite est vendue souvent comme un produit artisanal préparé soigneusement, rare et presque semi-précieux. Il n’en est rien. Les veines de shungite sont arrachées à la pelleteuse et chargées en blocs dans des sacs sur palette euro d’un poids allant jusqu’à 1'000 kilos. En Russie, la shungite est utilisée comme gravats et éléments de décoration et vaut quelques francs suisses le kilo, dans la mesure où la mine en recèle 25×10 10 tonnes. On l’extrait aussi au Zaïre, en Inde, en Autriche.
 
J’ai cherché patiemment, sans trouver un fondement avéré à l’affirmation de l’existence en Russie d’une source aux propriétés curatives connues depuis des siècles, propriétés soi-disant liées à la shungite. Les seuls faits avérés sont les suivants. Pierre le Grand a fondé le premier établissement de cure en 1719, dans la région de Kondopoga en Carélie. Cette eau était intéressante pour le traitement de l’anémie en raison de sa teneur ferrugineuse. Dans les années 1930, la teneur en oxyde de fer de l’eau d’une source en Carélie a été mesurée à 79,7 mg/l.

Cette eau contient aussi du sodium, du magnésium, du calcium et du manganèse. Ceci étant, on parle de shungite ni sur le site des exploitants actuels, ni sur le site officiel de Carélie. Ce rapprochement entre propriétés curatives et eau de shungite tient de la fable.

Non, l’eau du lac Onega à proximité de la mine n’est pas préservée grâce à la shungite. Ce lac est pollué depuis une cinquantaine d’années par les eaux usées, l’azote, le phosphore, le plomb, les phénols, les produits pétroliers et d’autres contaminants, à raison de 315 millions de m3 par an. D’ailleurs, non loin du site d’extraction de la shungite se trouvent les centres industriels Petrozavodsey et Medvezhiegorsk. Qui pourrait croire que l’eau du lac y est pure?
 
Que sont les fullerènes ?

La science les présente comme des nanoparticules potentiellement capables d’induire des effets toxiques dans l’organisme. Les fullerènes traversent la barrière hématocéphalique, la membrane qui sépare la circulation sanguine et le liquide céphalo-rachidien. Sur les fiches produit des fullerènes fabriqués par l’industrie (ex. Alfa Aesar), il est recommandé d’«éviter de respirer les poussières, fumées, gaz, brouillards, vapeurs et aérosols» de cette matière, «porter des gants de protection, des vêtements de protection et un équipement de protection des yeux et du visage». C’est un produit qui doit être «gardé sous clé».
 
Les nanotubes de carbone ont une faculté d’agglomération qui présente des formes analogues aux fibres d’amiante et peuvent être à l’origine de la création de plaques pleurales et de mésothéliomes de la plèvre (Lam, 2006 ; Sanchez, 2009). C’est pourquoi ils ont été classés cancérogène possible (2B) par le CIRC (CIRC vol.92, 2010).
 
Cherchez-vous à vous protéger des ondes?

Que diriez-vous si je vous répondais qu’il vous suffit d’acheter un pot de peinture au carbone et de le mettre dans un coin de votre appartement pour qu’il absorbe, neutralise ou apaise les ondes? Ne soyez pas dupe! Nombre de vendeurs publient sans état d’âme des informations erronées sur la shungite, sur son histoire, sur son origine et sur ses propriétés, uniquement par appât du gain.
 
Après une minutieuse analyse du dossier shungite, je conclus que les phrases suivantes constituent des allégations mensongères:
 
• «La shungite offre une bonne protection face aux radiations électromagnétiques externes» et tournures de phrases similaires.
 
• Seule la shungite contient des fullerènes.
 
• Les molécules de fullerène possèdent une capacité certaine à protéger le vivant.
 
• La seule mine au monde où l’on trouve ce carbone se situe à proximité de l’immense lac Onega, en Carélie.
 
• La shungite est rare.
 
• L’eau de shungite est particulièrement bénéfique grâce à la présence de fullerènes.
 
• Le lac Onega en Russie dans lequel s’écoule un ruisseau traversant la mine de shungite de Carélie est considéré comme l’un des plus purs au monde.

Si vous pensez que ces informations peuvent être utiles à ceux que vous appréciez, transmettez-leur le lien vers cette page.

Vous avez acheté de la shungite? Vous souhaitez déposer plainte contre les pratiques commerciales déloyales du vendeur? Remplissez le formulaire en ligne du SECO. Cela ne vous prendra que quelques minutes. Le dépôt de plainte est gratuit. C'est la façon la plus simple pour faire cesser ses pratiques. Le SECO attaquera le vendeur lorsqu'il sera en possession d'un nombre suffisant de plaintes. Je pense avoir fait ma part. À vous de jouer.

«Je suis sensible au Wi-Fi. J'ai porté un collier de shungite durant plusieurs heures dans un restaurant M. et quand je suis sortie, j'avais très mal à la tête.» MM

«Faire croire aux gens qu'une petite pierre comme la shungite pourrait aider les personnes électro-hypersensibles donne l'impression qu’être EHS n'est pas vraiment quelque chose de grave. Si tant de gens croient que ces petits grigris protègent des ondes, c'est parce qu'ils ignorent les souffrances que celles-ci peuvent provoquer. Et ils reprocheront aux EHS de ne rien faire, de refuser l'utilisation des systèmes"anti-ondes".» DY

«Je suis extrêmement électro-hypersensible et je réagis à pratiquement toutes les fréquences d'ondes ainsi qu'aux orages que je peux prédire à l'avance. J'ai porté des petites pierres comme la shungite sans vraiment arriver à pouvoir dire si elles avaient un effet ou non. Après divers essais infructueux, j'ai arrêté de tester ces dispositifs trop coûteux.» SK

«Je ne suis pas scientifique alors je comprends difficilement les informations des vendeurs. Je peux seulement dire que la shungite n'a pas eu d'effet bénéfique pour moi.» JMS

 
Tous les textes et illustrations sont sous droit d'auteur
Copyright 2015. All rights reserved.
Retourner au contenu | Retourner au menu