Tout savoir en 5 minutes - Pierre Dubochet

Rechercher
Aller au contenu

Menu principal :

Tout savoir en 5 minutes

Dossiers

29 mai 2013

En 1880, le médecin Jacques Arsène d’Arsonval découvre la possibilité de chauffer des tissus corporels au moyen d’appareils hertziens, que l'on appelle la diathermie. Au début des années 1920, le magnétron, tube à vide émetteur de énergie électromagnétique sous forme de micro-ondes (dites aussi hyperfréquences), est inventé.

L'homme sait que le rayonnement des ondes a pour propriété de chauffer les tissus vivants. Malgré le fait que les connaissances sur la relation entre les ondes électromagnétiques et la biologie sont à peu près nulles dans les années 1920, les milieux scientifiques rejettent toute autre action que la chaleur sur le corps humain.

On constate pourtant rapidement des effets spécifiques (dus à autre chose que la chaleur provoquée par le rayonnement, on les appelle aussi effets non thermiques). Le personnel qui travaille près d'appareils à micro-ondes
se plaint de maux de tête et d'autres symptômes désagréables. En laboratoire, on constate en 1926 déjà, des effets graves et parfois mortels chez des souris exposées aux ondes, sans que cela semble provenir de la chaleur.

Haut de page

Les industriels tentent d'être rassurants, mais un biologiste rapporte des effets non thermiques sur la croissance des semis et les réactions nerveuses des grenouilles.

Bientôt, on appelle "maladie des micro-ondes" le malaise des opérateurs victimes d'expositions excessives.

En 1935, le principe du radar est découvert. Il intéresse immédiatement l'armée.

Durant les conflits,
on découvre que l'exposition aux micro-ondes entraîne des modifications sanguines.

On découvre également que les micro-ondes se comportent différemment dans l'atmosphère, ce qui permet une avancée significative de la météorologie.

En même temps,
on comprend que les micro-ondes se répartissent de manière très complexe dans les tissus humains, de sorte qu'il n'est pas possible de déterminer comment se répartit une exposition au rayonnement.

Haut de page

Années 1920. Dès la mise en service d'appareils émettant des micro-ondes, on enregistre des plaintes du personnel qui rapporte des maux de têtes et d'autres symptômes désagréables.

Après la guerre, les magnétrons fabriqués en très grand nombre sont recyclés dans la fabrication de fours à micro-ondes.

Les rapports sur des phénomènes étranges, sinon alarmants, se multiplient.

Cataractes, lésions oculaires, hémorragies internes parfois graves, leucémies, tumeurs cérébrales, maladies cardiaques graves apparaissent chez le personnel exposé aux rayonnements micro-ondes.

En 1955, des chercheurs découvrent un
stress spécifique sous rayonnement à micro-ondes.

Haut de page

Durant la guerre, on découvre que l'exposition aux micro-ondes entraîne des modifications sanguines.

En même temps, on comprend que les micro-ondes se répartissent de manière très complexe dans les tissus humains, de sorte qu'il n'est pas possible de déterminer comment se répartit une exposition au rayonnement.

L'armée a compris la dangerosité des rayonnements. Pour rassurer le personnel, elle va jusqu'à déclarer que  les différences constatées dans les analyses sanguines sont dues à une erreur de technicien de laboratoire. Elle cesse de communiquer les résultats de ses recherches qu'elle classe secret défense. L'armée va développer des armes à micro-ondes, opérationnelles dès les années 1980.

En 1959, on découvre que
le rayonnement électromagnétique contraint les organismes vivants au mouvement. La question se pose de la possibilité que l'exposition au rayonnement affecte le matériel génétique.

Lorsqu'un médecin français comprend la relation entre une nouvelle maladie et l'exposition aux champs électromagnétiques, maladie dont il parvient à réduire les effets graves sur des milliers de malades, il est immédiatement attaqué par le Conseil de l’Ordre des Médecins qui lui retire son autorisation de pratiquer et lui fait trois procès.

Vous voulez savoir qui vous manipule et dans quel dessein ? Commander la  brochure.

Haut de page

Après la guerre, on observe des cataractes, des lésions oculaires, des hémorragies internes parfois graves, des leucémies, des tumeurs cérébrales et des maladies cardiaques graves chez le personnel exposé aux rayonnements micro-ondes.

La presse publie quelques articles dans les années 1970. On lit que la pollution électromagnétique est déjà importante et qu'il faut prendre des mesures pour protéger la biosphère des éventuels effets nocifs.

Des chercheurs ont observé que
la fibre nerveuse est altérée par un rayonnement de 5 watts (les GSM actuels émettent à 2 watts). On lit que l'exposition aux micro-ondes a causé la mort de plusieurs techniciens et pose de sérieux problèmes pour la santé. Les études se comptent déjà par milliers. Elles montrent que les effets sont bien plus vastes qu'on ne le croyait.

Haut de page

1959. Découverte du fait que les rayonnements contraignent les organismes vivants au mouvement. La question de l'altération de l'ADN est posée.

Années 1970. On découvre qu'un simple émetteur portatif de quelques watts altère la fibre nerveuse.

En 1973, l'OMS publie un document qui précisque l'exposition aux micro-ondes provoque des changements dans les fonctions du système nerveux, cardiovasculaire et d’autres de l’organisme conduisant à des symptômes caractéristiques complexes.

L'OMS écrit aussi que
les structures profondes du cerveau sont impliquées dans les processus pathologiques.

L'irradiation de l'ambassade de Moscou par des micro-ondes entraîne
des migraines, des étourdissements, des lésions cardiaques, des troubles nerveux et même des cancers et la leucémie.

Haut de page

1973. L'OMS précise que l'exposition aux micro-ondes provoque des changements dans les fonctions du système nerveux et cardiovasculaires. Le cerveau est aussi atteint.

En 1981, l'OMS transmet de nouvelles informations. L'exposition aux micro-ondes provoque des céphalées, de l'irritabilité, des troubles du sommeil, de l'asthénie, une baisse de l’activité sexuelle, des douleurs thoraciques et sentiment général de mauvaise santé mal défini.

Sous certaines conditions, le rayonnement peut même faire
trembler les doigts, colorer les extrémités en bleu, provoquer des rougeurs et réduire la tension musculaire.

Haut de page

1981. L'OMS déclare que le rayonnement cause des céphalées, de l'irritabilité, des troubles du sommeil, de l'asthénie, des douleurs thoraciques et un sentiment général de mauvaise santé mal défini.

En 1985, l'OMS complète les effets de l'exposition aux micro-ondes et déclare des effets au niveau cellulaire chromosomique et génétique, une modification de la croissance, des effets sur le métabolisme et  les gonades. Il existe des effets cardiovasculaires, sanguins, endocriniens, sur le système nerveux, les sens et le système immunitaire.

Haut de page

1985. L'OMS déclare que le rayonnement cause des atteintes cellulaires chromosomiques et génétiques, a des effets sur le métabolisme et  les gonades...

L'infiltration de l'OMS et d'autres organes influents commence. Les industriels parviendront à faire admettre des normes d'exposition trop élevées, avec pour conséquence d'exposer le public à des rayonnements dangereux.

De nombreux auteurs avertissent que l'élévation du taux de rayonnement électromagnétique créée une pollution grave. Il faut se demander si les mesures prises pour protéger les utilisateurs et la population sont suffisantes. Il n'existe encore aucune norme réellement contraignante.

L'infiltration de l'OMS et d'autres organes influents par des gens grassement payés par des industriels commence. Le but de cette infiltration
est de minimiser les effets terribles du rayonnement électromagnétique, ce qui permet de garder des valeurs hautes d'exposition du public.

Avec des valeurs hautes, il est possible de construire des lignes à haute tension ou des émetteurs près des habitations. Et c'est exactement ce qui va se produire, en dépit de milliers de recherches qui ont définitivement démontré la nocivité des rayonnements à des taux très faibles.

Vous voulez savoir qui vous manipule et dans quel dessein ? Commander la  brochure.

Haut de page

Ainsi, en 1991, l'OMS revient avec une nouvelle publication, beaucoup moins critique. Cela est sans importance : les écrits précédents ont été rédigés avec le plus grand soin et sont suffisamment détaillés pour constituer des éléments de preuve.

L'OMS évoque maintenant
une modification d’ondes du cerveau et l'altération de la capacité de destruction des lymphocytes.

L'OMS écrit qu'elle ne sait pas quelles valeurs protègent, mais choisit de publier quand même les valeurs élevées de l'IRPA, société infiltrée autant que l'OMS, et qui ne sait rien de plus que l'OMS.

Haut de page

Membre de l’IRPA depuis 1978, Michel Harry Repacholi devient son président entre 1988 et 1992. Le même Repacholi fonde la Commission internationale pour la protection contre les rayonnements non ionisants (CIPRNI) en 1992 et la préside. L’OMS se réfère aux recommandations de la CIPRNI et la soutient. Repacholi collabore depuis 1976 à l’OMS et y préside des groupes de travail depuis 1984.

Vous suivez ?
Ces sociétés fonctionnent en circuit fermé et se cautionnent les unes les autres. Tout en publiant des normes – alors que personne ne les y oblige – élevées, ces organismes despotiques avouent ne pas savoir sur quelles valeurs se baser !

Haut de page

OMS 1991 : les rayonnements modifient les ondes du cerveau et altèrent la capacité de destruction des lymphocytes.

OMS et commissions de protections contre les rayonnements électromagnétique : tous liés !

En 1995, on sait que les rayonnements font chuter la mélatonine.

En 1997, le premier Réassureur mondial ne couvre plus le risque lié à l'exposition aux champs magnétiques. Les assurances suivront ce repli proactif.

En 2001, on sait que les sociétés de mesures accréditées en Suisse sont pieds et poings liés.

En 1995, une étude démontre que les rayonnements font chuter la mélatonine, qui remonte dès que le sujet n'est plus exposé.  En 1997, la Suisse de Ré, le premier réassureur mondial (un réassureur garantit la solvabilité des assureurs en réduisant leur engagement), informe qu'elle ne couvre plus les risques dus au rayonnement électromagnétique, risque dont elle estime faramineux les coûts à prévoir.

En 1999, notre ministre de l'énergie quitte son logement de fonction situé dans la vieille ville de Berne en raison du rayonnement élevé provenant des installations de l’habitation et des antennes de téléphonie mobile voisines.  L’année suivante, il refuse pourtant la réduction des limites d’exposition aux antennes relais de téléphonie mobile demandée par les médecins de la Fédération Médicale Helvétique.

Haut de page

En 2001, on apprend que quiconque veut être autorisé à pratiquer officiellement des mesures de champs électromagnétiques en Suisse doit payer des frais de dossiers et une redevance annuelle élevés, et surtout doit s'engager à ne pas mettre en doute, ni publier, ni porter atteinte en aucune manière à la réputation d’autres firmes accréditées ou au service d’accréditation, sous peine de se voir retirer son accréditation.

En 2002, on apprend que le Directeur général de l'OMS est électrosensible. Ce Directeur quitte l'OMS quelques mois après.

Haut de page

En 2005, l'OMS pense que les troubles des gens qui se plaignent des ondes électromagnétiques viennent de l'anxiété ou de troubles psychiatriques.

Il reste à l'OMS à prouver que les animaux seraient anxieux à la vue d'une antenne de téléphonie...

En 2005, l'OMS a une nouvelle théorie. Les troubles des gens qui se disent électrosensibles peuvent être dus à l'anxiété ou à des troubles psychiatriques. L'OMS est pourtant incapable de démontrer la validité de sa théorie : prouver que des animaux seraient anxieux à la vue d'une antenne de téléphonie. Pas plus qu'elle peut démontrer que des animaux souffriraient de troubles psychiatriques.

Le fait est que les laboratoires
mesurent une moins bonne qualité de lait en présence de champs électromagnétiques. On observe une mortalité plus élevée, des veaux morts nés, des cataractes, plus de grossesses des truies ou petits comme momifiés , des infections mammaires à répétition, des problèmes de couvaison des poules, etc.

Malgré nonante ans de découvertes attestant la dangerosité des rayonnements, il existe encore et toujours des entités fédérales, médicales, techniques, biologiques, ou des autorité de protection quelconques qui prétentent le contraire ! On vous ment !

Vous voulez savoir qui vous manipule et dans quel dessein ? Commander la brochure.

Protégez-vous des rayonnements électromagnétiques et parlez-en autour de vous !

Haut de page

 
Tous les textes et illustrations sont sous droit d'auteur
Copyright 2015. All rights reserved.
Retourner au contenu | Retourner au menu